En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté.
Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.
Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/
J'accepte

Don't stop the carnival

Biguine libre de droit .

Un morceau traditionnel, popularisé par Harry Belafonte ou bien encore Sonny Rollins.

Plus de détails

29,00 € TTC

  • LICENCE STANDARD - Durée illimitée - 29 € TTC par musique
  • LICENCE DIFFUSION : TV, RADIO, CINÉMA, SPECTACLES - Durée illimitée - 59 € TTC par musique
  • LICENCE REPRODUCTION/VENTE - + de 500 copies - Durée illimitée - 69 € TTC par musique
  • LICENCE PUBLICITE INTERNET - durée illimitée - 99 € TTC par musique
  • LICENCE PUBLICITE TV/RADIO RÉGIONALE - Durée de 1 an - 99 € TTC par musique
  • LICENCE PUBLICITE TV/RADIO NATIONALE - Durée de 1 an - 999 € TTC par musique

En savoir plus

Le saviez-vous?

La Biguine est une danse née en Guadeloupe, datant probablement d'avant la fin de la période esclavagiste, présente et connue lors de l'émancipation des esclaves en 1848, ce qui a permis aux écoles de musique des États-Unis d'Amérique, qui la font remonter à cette époque, d'en faire l'ancêtre du Jazz.

Le nom de la biguine viendrait pour certains auteurs du verbe "embéguiner". On le trouve imprimé deux fois « béguine » dans un article de M. Monchoisy intitulé « Les Antilles Françaises en 1893 » paru dans un numéro de septembre 1893 deLa Revue des deux Mondes.

La biguine suscita un grand engouement en France dans les années 1930, surtout lors de l'Exposition coloniale internationale de 19313, puis des années 1940 à 1960, la période de l'Occupation ayant été peu propice à l'expression des artistes antillais.

Elle est devenue illustre dans la période de l'entre-deux guerres alors qu'elle était interprétée dans les dancings de Paris par des artistes antillais tels qu'Alexandre Stellio.

Cependant, sa popularité décline pendant les années 1970, avec l'arrivée des rythmes cubains et surtout haïtiens dont la cadence rampa et le compas.

Les liens avec le jazz

La biguine possède de nombreux traits communs avec le jazz de la Nouvelle Orléans, et a pu influencer son développement.

Ceci explique qu'à leur arrivée à Paris, de nombreux musiciens antillais tels Ernest Léardée, Robert Mavounzy, Al Lirvat, Emilien Antile ont intégré sans la moindre difficulté le jazz à leur répertoire, musique jouée au même titre que la biguine dans les "bals Nègres" de l'époque.

À l'inverse, le clarinettiste martiniquais Alexandre Stellio (1885-1939), qui popularisa la biguine à Paris de 1929 à 1939, fut un farouche défenseur de la pure biguine traditionnelle telle qu'on la jouait à Saint-Pierre et resta un inconditionnel de ce répertoire.

Une tradition encore vivante

De nos jours, la biguine n'a plus la même renommée hors des Antilles françaises, mais elle continue d'être un style honoré voire prestigieux dans celles-ci. Dans une société en perpétuel mouvement culturel, de nombreux artistes l'actualisent en lui apportant de nouvelles sonorités. Néanmoins, elle reste souvent interprétée, en particulier dans les bals, comme elle l'était à son âge d'or. (Source: Wikipédia)

Fiche technique

RythmeRapide
ambianceFestif

7 autres produits dans la même catégorie :